Archives de catégorie : 1 – Evénements et publications

Colloque Nouveaux flux, nouvelles relations entre les lieux : les espaces périphériques dans la mondialisation

affiche-du-colloqueUn colloque pour discuter des résultats de PERIMARGE

L’équipe de Périmarge organise un colloque final qui sera l’occasion de débattre des méthodes et résultats obtenus avec d’autres chercheurs travaillant sur ces questions.

Le programme du colloque est disponible ici

 

Détails

programme_court_colloque_232425_11_2016-2

Lieux et inscriptions

Le colloque se déroulera à l‘IRD Bondy et à l’Institut de Géographie le 23,24 et 25 novembre 2016.

Un formulaire d’inscription est disponible ici

Colloque « Nouveaux flux, nouvelles relations entre les lieux : les espaces périphériques dans la mondialisation »

 23 – 24 – 25 novembre 2016 – IRD Bondy et Institut de Géographie de Paris

La fin des années 1980 a marqué une rupture, avec l’effondrement du bloc soviétique et le renforcement parallèle du libéralisme économique à l’échelle de la planète. L’ouverture d’un grand nombre de pays à l’économie de marché et l’accélération des échanges internationaux de biens et de capitaux rendent le processus qui en a découlé en partie comparable à la première mondialisation économique, entre le XIXe siècle et la Grande Guerre. La mondialisation contemporaine présente cependant un visage inédit par bien des aspects. Les hiérarchies entre les pays et entre les régions ont été bouleversées, qu’il s’agisse de leurs poids démographiques, économiques ou politiques, avec l’émergence successive des « tigres asiatiques », de la Chine, du Brésil, de l’Afrique du Sud ou de l’Inde sur la scène mondiale. Par ailleurs, les États ont vu leur pouvoir concurrencé par des entités privées, qu’elles relèvent du secteur de la production économique ou de celui des activités à but non lucratif. Une partie de ces entités possède une capacité d’action à l’échelle du monde, tout en intervenant dans les territoires locaux. L’ensemble de ces transformations est aussi lié aux révolutions technologiques des dernières décennies, qui ont modifié les conditions de circulation des personnes, des produits, des capitaux et des informations. Si une part croissante des échanges se fait aujourd’hui de façon virtuelle, la rapidité des transports, la baisse de leurs coûts et l’augmentation de leur fréquence ont également modifié les relations entre les pays, les institutions, les entreprises et les individus.

Dans cette mise en relation généralisée, certains espaces pourraient à première vue sembler peu impliqués : les régions du monde éloignées des grands centres de décision de la planète, les quartiers relégués aux confins des métropoles, les campagnes en voie de dépeuplement, et plus généralement tous les lieux qui étaient encore qualifiés, vers la fin du XXe siècle, de périphéries ou de marges. Cependant, affirmer que ces espaces n’ont qu’un rôle mineur dans cette effervescence apparaît de plus en plus comme une contre-vérité. Tout au contraire, les signes d’une intensification des mises en relation se multiplient. Il ne s’agit pas seulement d’impulsions venues de l’extérieur, aisément repérables par la présence des téléphones portables et d’Internet, des panneaux rédigés dans des langues étrangères qui accompagnent la construction de nouvelles infrastructures, ou encore des ensembles résidentiels qui poussent au milieu des champs. Des acteurs de plus en plus nombreux pensent aujourd’hui leurs projets depuis ces périphéries, que celles-ci soient le centre de leur action ou l’un des lieux qu’ils privilégient dans des stratégies de type réticulaire. Si certains profitent, assez classiquement, de l’éloignement pour rester hors de la vue des autorités, d’autres renégocient leur situation dans la mondialisation : ils s’appuient sur l’ancienneté de leur présence et la spécificité de leurs valeurs culturelles pour revendiquer des droits particuliers ou leur autonomie, se proposent d’exploiter des ressources nouvelles, liées à des territoires singuliers et longtemps ignorés, ou dessinent de nouvelles centralités aux bords des voies de communication que développe la mondialisation. Tous construisent de nouveaux lieux de pouvoir économique et politique, à plus ou moins grande distance des capitales nationales et des grandes agglomérations, mais non sans établir des liens avec le reste du monde.

Les relations nouvelles des espaces périphériques avec d’autres lieux, les flux de toutes natures que ces relations déclenchent, les stratégies des acteurs qui sont au centre de ces dynamiques, les territoires institutionnels, politiques ou identitaires que construisent ou renforcent ces reconfigurations et les dissymétries sociales et économiques qu’elles génèrent ou reproduisent, ont fait l’objet d’un programme collectif de recherche, Périmarge : « Périphéries, marges : interpréter les relations aux centres dans la mondialisation », financé par l’ANR sur l’appel « Métamorphoses des sociétés : Inégalité-Inégalités ». En partant d’un modèle proposé au début des années 1980 par le géographe Alain Reynaud, cette équipe s’est intéressée aux changements qu’introduisent les nouvelles configurations de l’espace mondial, grâce à des études de cas situées dans les périphéries d’ensembles nationaux ou d’agglomérations, en Afrique et en Amérique latine. Elle souhaite aujourd’hui échanger sur ses méthodes et sur ses résultats avec des membres de la communauté scientifique qui, par d’autres chemins, ont également abordé l’analyse des relations entre des lieux diversement situés dans la nouvelle organisation spatiale du monde, en mettant en lumière le rôle des périphéries.

Le colloque « Nouveaux flux, nouvelles relations entre les lieux : les espaces périphériques dans la mondialisation » s’articulera autour de questions méthodologiques, thématiques, théoriques et pratiques. Les propositions peuvent s’inscrire dans ces différents champs, à partir de cas situés dans les Nords et dans les Suds. Elles pourront provenir de toutes les disciplines des sciences sociales, pour alimenter la réflexion sur les flux vers et à partir des espaces périphériques, sur les relations que ces flux traduisent et sur leur rôle dans les évolutions du monde contemporain.

Les sessions s’organiseront autour des questions de recherche suivantes :

 Identifier et analyser les flux et relations

La reconfiguration des relations des périphéries avec différents lieux proches ou distants s’appuie sur des flux de toutes sortes (personnes, capitaux, produits, normes et informations) qui sont construits par une diversité d’acteurs. Leur identification, leur saisie et leur analyse posent un défi méthodologique. Comment les capter, les nommer, les collecter et interpréter leurs caractéristiques spatiales et temporelles ? Peut-on démontrer l’hypothèse d’une intensification croissante du rôle des périphéries dans les flux et relations du monde contemporain ? Les communications pourront s’appuyer sur des données de toutes natures  (observations de terrain, enquêtes, entretiens, données massives…) et proposer des méthodes d’analyse relevant de la modélisation, de la comparaison, de la quantification et d’approches réflexives.

Repenser les échelles dans la mondialisation

Dans la mondialisation, les flux ne circulent plus seulement d’un centre à une périphérie dans le cadre d’un espace circonscrit (territoire national, zone économique, etc.), ni même entre des espaces, nationaux, régionaux et locaux, définis par des catégories scalaires rigides. Non seulement les flux traversent les échelles, mais les échelles elles-mêmes doivent être envisagées comme des catégories spatiales dynamiques construites par les acteurs. Ces échelles définissent des espaces d’action autant que des hiérarchies socio-spatiales, tous deux évolutifs. Les communications pourront aborder la construction des échelles par les acteurs à l’origine des flux ou encore les alternatives à l’utilisation de catégories scalaires préétablies pour mener à bien l’analyse.

Réexaminer la question des inégalités socio-spatiales

La recomposition des relations entre les périphéries et d’autres espaces a des conséquences sur les processus de différenciation socio-spatiale. Comment les flux créés participent-ils à l’émergence de dynamiques économiques ou démographiques singulières ? Comment les nouvelles relations accroissent-elles ou atténuent-elles les différences entre les espaces et entre les individus qui les habitent, les utilisent ou les contrôlent ? Comment imposent-elles de nouvelles formes d’inégalités, liées à leur diversification croissante ? Les communications pourront décrire les évolutions qui se produisent. Elles pourront aussi aborder les mutations des critères utilisés pour appréhender les inégalités, à partir de la circulation de nouveaux modèles et normes.

 Questionner la catégorisation des espaces périphériques

Les notions de périphérie ou de marge sont mises à mal par la mondialisation. La capacité d’acteurs de toutes natures mais aussi de toutes origines à interagir à l’échelle de la planète est avérée. La relation privilégiée d’une périphérie avec un seul centre mérite d’être questionnée. Les espaces périphériques « mondialisés » ne seraient-ils pas plus fortement connectés à des lieux lointains qu’à leurs capitales nationales ? Et dans ce cas, la notion de périphérie, pensée comme un ensemble placé sous la dépendance d’un seul centre, est-elle toujours pertinente ? Les communications pourront répondre à ces questions à partir d’études de cas. Elles pourront proposer des catégories nouvelles pour désigner ces espaces dont l’étude amène les chercheurs à réinterroger les relations de pouvoir et les trajectoires.

Interroger la reconfiguration de l’action de l’État

Le rôle de l’État et la rémanence des territoires nationaux font partie des enjeux de la mondialisation contemporaine. Certains auteurs ont vu dans l’accélération des flux les prémisses de phénomènes de déterritorialisation. D’autres analyses ont plutôt insisté sur la transformation de l’Etat, la modification du pouvoir et de sa projection dans l’espace. Dans le prolongement de ces débats, les communications pourront s’interroger sur la façon dont l’État organise son action dans des espaces périphériques caractérisés jusqu’alors par sa faible présence. Elles pourront explorer les nouvelles formes de ses liens avec des entités privées et avec un secteur public qui s’est diversifié à travers les processus de décentralisation, de participation citoyenne et de prise en compte, plus ou moins importante selon les pays, des autorités coutumières.

Utiliser l’analyse des relations pour anticiper difficultés et conflits

Les liens de plus en plus intenses et complexes entre les différents espaces et acteurs débouchent souvent sur des conflits, tout particulièrement lorsqu’il s’agit de l’accès aux ressources. Ce constat nous invite à réfléchir à notre éventuel engagement dans une géographie appliquée. Comment l’analyse des relations et des flux peut-elle être diffusée et partagée ? Les recherches peuvent-elle aboutir à la constitution de nouveaux outils au service des sociétés, afin de nourrir leur réflexion sur leur situation ? Les collectivités locales peuvent-elles s’approprier les analyses des chercheurs pour enrichir leurs diagnostics territoriaux, en intégrant à ceux-ci les relations de leurs territoires à d’autres espaces et d’autres acteurs, afin d’anticiper les évolutions à venir ?

Envoi des propositions :

Résumé d’une page (3000 signes maximum) à envoyer à l’adresse colloque.perimarge2016@gmail.com, en précisant la session thématique envisagée.

Les participants disposeront de 20 minutes d’intervention, suivies de 10 minutes de débat.

Les propositions sont attendues avant le 30 juin 2016

L’inscription au colloque est gratuite.

Comité d’organisation :

  • Nicole Bernex (PUCP, Lima)
  • Marthe Koffi Didia (UFHB, Abidjan)
  • Laetitia Perrier-Bruslé (U. de Lorraine)
  • Françoise Duraffour (CNRS)
  • Pauline Gluski (IRD)
  • Anaïs Marshall (U. Paris 13)
  • Évelyne Mesclier (IRD)
  • Marie Piron (IRD)
  • Marc Piraux (Cirad)
  • Jean-François Valette (CNRS)

Comité scientifique :

  • Anne-Laure Amilhat-Szary (U. Grenoble Alpes)
  • Jean-Louis Chaléard (U. Paris 1)
  • Denis Gautier (Cirad)
  • Pierre Gautreau (U. Paris 1)
  • Alicia Huamantinco (UNMSM Lima)
  • Éric Léonard (IRD)
  • Jérôme Lombard (IRD)
  • Géraud Magrin (U. Paris 1)
  • Pascale Metzger (IRD)
  • Olivier Ninot (CNRS)
  • Pape Sakho (UCAD)
  • Alexis Sierra (U.Cergy-Pontoise)
  • Aquiles Simoes (UFP)
  • Jean-Philippe Tonneau (Cirad)

Séminaire interne, les 5, 6 et 7 novembre 2015

Les membres du programme Périmarge se sont réunis au cours d’un séminaire interne à Paris les 5, 6 et 7 novembre 2015. Chaque terrain a fait l’objet d’un exposé sur le rôle de l’État en lien avec les questions de recherche du programme.

Ainsi, approche méthodologique et terrains ont pu enrichir la réflexion sur l’analyse des flux centre(s)-périphérie(s).

Ecole chercheur sur la modélisation en géographie

Brésil 2014 580Une école chercheur a réuni entre le 2 et le 8 juin 2014 une partie de l’équipe PERIMARGE. Organisée par le CIRAD et l’université fédérale de Para, elle avait pour thème « L’usage de la modélisation dans l’approche comparative d’études territoriales ». Marc Piraux, Aquiles Simoes et Jean-Philippe Tonneau en étaient les organisateurs. Cette école, qui a accueilli d’autres chercheurs extérieurs à PERIMARGE, a été l’occasion de débattre des enjeux méthodologiques et épistémologiques de la modélisation dans la mise en place de projets de recherche comparatifs. Pour les chercheurs de PERIMARGE cela a été aussi un espace de discussion autour des problèmes particuliers de la modélisation dans le cadre de notre projet de recherche : les questions de la modélisation des processus, de la présentation des flux ou de la création de modèle conceptuel de données ont été évoquées et débattues.

La présence de nombreux membres de PERIMARGE à Belem a permis aussi d’organiser une visite du municipe de Mocajuba, le terrain brésilien de PERIMARGE situé dans le Baixo Tocantins. Nous y avons rencontré différents acteurs locaux et découverts des dynamiques territoriales paradoxales faites d’innovations locales autour de la gestion de la ressource naturelle et de dynamiques insufflées par des acteurs extérieurs. Nous y avons toute la complexité du processus d’intégration autour d’acteurs qui renforcent leur ancrage territorial (reconnaissance foncière dans le cadre d’asentamientos humanos) tout en s’insérant dans des réseaux monétaires de plus en plus serrés (redistribution d’aides sociales et achats de produits de consommation courante).

De retour à Belem cette expérience de terrain a conduit à une riche journée de synthèse où l’exposé des processus en cours sur chacun des terrains a finalement permis de révéler des dynamiques communes.

Liens externes

Présentation de l’école chercheur sur le site de l’UFPA (en portugais) Présentation de l’école chercheur sur le site IRD Bolivie (en espagnol)

Documents

Programme de l’école chercheur en pdf

Travaux d’étudiants sur le Norte La Paz

Travaux d’étudiantes sur le Norte La Paz

Dans le cadre du programme CAPAZ, 4 étudiantes ont rendu des mémoires de master autour de la question des capacités des acteurs et de leur résilience face à un processus rapide d’intégration de la région. Ces travaux intéressent le programme PERIMARGE car ils partent tous de l’hypothèse que la capacité des acteurs est fonction de leur niveau d’information et donc des flux qui les lient à des espaces externes à différentes échelles.

Poste de émetteur de radio Ixiamas - crédits photo Patricia Llanos 2012

Poste de émetteur de radio Ixiamas – crédits photo Patricia Llanos 2012

Les TIC dans el Norte La Paz (Patricia Llanos)

Patricia Llanos, étudiante de la UMSA – IIGEO, a étudié l’impact des TIC dans la reconfiguration de la marginalité à partir de l’étude de la ville d’Ixiamas.

 

 

Thèse de diploma d'Helena Stroher sur la concession forestière ex-PROINSA

Thèse de diploma d’Helena Stroher sur la concession forestière ex-PROINSA

Luttes pour la terre et écologie politique dans le Norte La Paz (Helena Stroher)

Helena Stroher de l’université de Bonn a étudié les luttes de pouvoir autour d’une concession forestière

désaffecté dont l’Etat bolivien entend redistribuer les terres. Elle a montré comment les niveaux

d’information des acteurs, leur capacité politique, leur connexion avec des acteurs extérieurs à la région influençaient au final leur chance d’obtenir ce territoire.

Les projets de cCacaoyer silvestre - crédit photo Laura Krings 2013acao silvestre dans le Norte La Paz (Laura Krings)

Laura Krings, étudiante en géographie de l’université de Bonn, a défendu son mémoire de licence de géographie sur la question des projets de développement de cacao forestier dans le Norte La Paz.

Elle est partie de l’hypothèse que le Norte La Paz vivait un moment de bifurcation de la région où l’option d’un développement agro-industriel insufflé par l’État semble prendre le pas sur un développement écologiquement durable promu par les ONG. Elle a montré que les projets de cacao forestiers (qui s’inscrivent dansa la tendance écologique) sont investis par les acteurs locaux paysans en fonction de leur propre stratégie de survie. Ils témoignent au final de leur capacité à dépasser les échelles locales.

Ces travaux peuvent être consultés en PDF – demander une copie à Laetitia Perrier Bruslé qui a dirigé ces mémoires.

Participation de PERIMARGE au congrès de Trujillo – 3 au 5 octobre 2013

Du 3 au 5 octobre s’est tenu à Trujillo au Pérou le Xème Congrès national de Géographie et le Vème Congrès de géographie des Amériques.

Une partie de l’équipe PERIMARGE (C. Auquier, E. Mesclier, B. Lortic, A. Marshall, M. Piron, M. Piraux, L. Perrier Bruslé, A. Huanmantinco, N. Bernex, A. Cisneros Agama, J. Ramirez) a participé à ce colloque dans le cadre d’une session consacrée aux évolutions des marges dans la mondialisation. Cela a été l’occasion de dresser un portrait à gros grains des trajectoires territoriales dans les terrains d’études de Perimarge (Jicamarca, Iquitos, Baixo Tocantins, Norte La Paz, Olmos).

Par la suite un séminaire interne s’est tenu le 7 et 8 octobre à Lima. Il a permis d’avancer dans la définition de la méthodologie des enquêtes.

L’équipe PERIMARGE remercie pour son soutien la Société de Géographie de Lima.

Présentation des avancées de l'atlas de Cajamarca par Javier Ramirez

Présentation des avancées de l’atlas de Cajamarca par Javier Ramirez

Conférence plénière d'Anaïs Marshall sur le grand projet d'irrigation de Chavimochi -

Conférence plénière d’Anaïs Marshall sur le grand projet d’irrigation de Chavimochi –

Trujillo sortie de terrain

Sortie de terrain – Trujillo

 

Atelier de lancement 4, 5, 6 mars 2013

Atelier de lancement de PERIMARGE _ le 6 mars 2013. Site IRD Paris Nord à BondyL.

Atelier de lancement de PERIMARGE _ le 6 mars 2013. Site IRD Paris Nord à Bondy

 

L’Atelier de lancement du programme Périmarge a eu lieu dans les locaux de l’UMR Prodig 2 rue Valette à Paris et sur le site de l’IRD France-Nord à Bondy.

Les objectifs étaient d’affiner le programme de recherche proposé en 2012 et d’élaborer des stratégies concrètes de mise en œuvre de la recherche et de sa valorisation. L’atelier a réuni vingt personnes venant d’institutions réparties dans cinq pays (France, Côte d’Ivoire, Bolivie, Brésil et Pérou), dont les 4 partenaires principaux du programme : UMR Prodig, UMR Tetis-CIRAD, IIGEO-UMSA et CIGA-PUCP ; et les autres institutions participantes : UMR Pacte, Universidad Nacional Mayor de San Marcos, Université Félix Houphouët-Boigny, et Universidade Federal do Pará.

 

 

Après un rappel des lignes de force du programme par les coordinateurs, les participants ont présenté des contributions courtes sur les différentes études de cas, sur la base des propositions de modélisation fournies en amont par les responsables de cette tâche.

La modélisation a ensuite été débattue au regard des études de cas.

Les sessions suivantes ont abordé la mise en œuvre des opérations de recherche :

  • données à collecter
  • exploitation des données
  • chronogramme et organisation des travaux de terrain
  • valorisation et diffusion de l’information
  • communication interne et externe

Laurence Goury, du centre de documentation de l’Ird France-Nord, a proposé aux participants de Périmarge une réflexion sur les avantages comparés de Zotero et Mendeley, pour la collecte et le partage des références bibliographiques.

Excursion dans le Norte La Paz

Confronter nos points de vue sur la marge

Dans le cadre du lancement du projet PERIMARGE et grâce à des financements de l’IRD, une excursion dans le Norte La Paz, qui constitue un des terrains du programme PERIMARGE a été organisée du 2 au 3 novembre 2012. Elle a réuni divers participants du programme PERIMARGE ainsi que des intervenants extérieurs. Elle a été l’occasion de confronter in situ nos différents points de vue sur les espaces en marge… et de vivre pleinement la problématique de la marge, puisqu’une piste atterrissage en terre battue détrempée par la pluie nous a obligé à rentrer en mini-bus à La Paz (20 heures de route).

Programme

Vendredi 2 novembre 2012

Départ en avion de La Paz pour Rurrenabaque, Beni
Départ en canöe sur le Rio Beni.
Visite de la communauté San Miguel de Bala et des installations éco-touristiques.

Samedi 3 novembre 2012

Visite du campement de Porvenir et des installations de l’usine de canne à sucre.
Retour par la route : San Buenaventura – Rurrenabaque – Yucumo – Caranavi – Yolossa – La Paz

Périple

Itinéraire jour 1

Itinéraire jour 2

Photographies

(crédits photographiques Anaïs Marshall et Bertha Gozalvez)

 

Atelier scientifique : Les marges territoriales et relation centre-périphérie dans la Mondialisation

Primera session : Apuntes metodologico

El concepto de margen territorial globalizado: ¿cuál es el progreso desde el enfoque estadístico y de campo?

  • Présentation de la session : enjeux théoriques de la redéfinition du concept de marge. Presentación de la sesión : desafíos teóricos y conceptuales para abordar el concepto de margen Laetitia Perrier Bruslé (IRD-Bolivia-Prodig)

 

  • Le projet PERIMARGE, comprendre la marge par l’étude des flux. El desafío del proyecto PERIMARGE, entender los márgenes mediante el análisis de los flujos. Evelyne Mesclier (IRD – PRODIG)

 

  • Enjeux méthodologiques de la construction d’une base de données géographiques au Pérou. Desafíos metodológicos de la construcción de una base de datos en Perú. Bernard Lortic (IRD-Perú-Prodig)

 

  • Question de méthode : comment utiliser les flux pour étudier les marges ? Una cuestión metodológica: como el estudio de los flujos ayudara a entender los márgenes. Marie Piron (IRD – Prodig)

 

  • L’aridité dans la compréhension de la marginalité au-delà du déterminisme géographique. La aridez en la construcción de la marginalidad geográfica, más allá del determinismo ambiental. Anaïs Marshall (Universidad Paris 13 – Prodig)

 

Segunda session : Recursos, actores, escalas.

¿El ordenamiento territorial de los márgenes territoriales, lugar de todos los conflictos? Los recursos, su utilización y su conservación; los actores, sus escalas y modos de acción, sus percepciones.

  • Entre activités d’agroextrativisme et culture du palmier à huile, changements récents dans les dynamiques d’aménagement du territoire du Baixo Tocantins en Amazonie brésilienne. Entre el agro-extractivismo y el cultivo de palma. Cambios recientes en las dinámicas de ordenamiento territorial del Baixo Tacontins en la Amazonia brasilera. Marc Piraux (Belém – CIRAD)

  • L’organisation sociale des acteurs dans le Norte La Paz. Mapeo de los actores sociales en el Norte La Paz Arq. Bertha Gozalvez (UMSA, IIGEOP)

 

  • L’Etat, son rôle, ses attributions et ses capacités d’action dans les marges territoriales boliviennes. Un exemple dans le Norte La Paz. El Estado, su rol, sus atribuciones y sus capacidades de acción en el Norte La Paz. Dr. Raúl Calderón (UMSA Carrera de Historia)

 

  • Territorialisation et développement urbain, le cas de Iquitos. Consolidación territorial y desarrollo urbano: caso de Iquitos, Loreto, Perú. Nicole Bernex – PUCP

 

Conferencia publica

    • Défis et enjeux du développement de la canne à sucre dans le Nord La Paz.Desafíos y apuestas de la planta azucarera estatal en el Norte La Paz Ramiro Lizondo, gerente de EASBA

 

Tercera Session : Territorios y procesos sociales

Recompositions des territoires, recompositions sociales de l’accès au pouvoir économique et politique. Recomposiciones territoriales y sociales por el acceso al poder económico y político

  • Développement des TIC en Ixiamas. Les paradoxes de l’isolement à l’heure d’internet. Desarrollo de los TIC en Ixiamas. Los paradójicos del aislamiento en la era virtual. Patricia Llanos (UMSA, IIGEO)

  • L’accès à l’information géographique, un levier de reconfiguration des relations centre-périphérie : le projet Geobolivia. El acceso a la información geográfica, herramienta de reconfiguración de las relaciones centro-periferia: el proyecto Geobolivia. Louca Lerch (Université de Genève).

 

  • Production de nouvelles et anciennes marges urbaines. Les barriadas du centre de Lima et de la périphérie d’Arequipa. Producción de nuevos y antiguos márgenes urbanos: las barriadas en el centro de Lima y en la periferia de Arequipa: Manuel Dammert (PUCP)

 

 

  • Croissance socio-économique paradoxale et nouvelles inégalités dans une marge andine en voie de mondialisation (sous l’effet de l’activité minière) La paradoja de dinamización socioeconómica con recreación de las desigualdades en un margen andino que se mundializa por la actividad minera Alicia Huamantinco (Universidad Nacional Mayor de San Marcos). El archivo completo no esta disponible. Pedirlo directamente al autor.

 

  • Adaptation des sociétés pastorales aux dynamiques de désenclavement des marges (Puna peruana). Adaptación y cambios en las sociedades pastorales de los márgenes en proceso de integración. Marion Charbonneau (Universidad de Pau)

 

  • Le tourisme une nouvelle ressource pour les acteurs sociaux. El turismo como una manera de aumentar el empoderamiento de los actores sociales. Yolanda Borrega (UMSA –Carrera de turismo).

  • Estrategia para recuperar la territorialidad indigena. Yuri Sandoval (IIGEO – UMSA).

 

Conclusiones y apertura

  • Los margenes de la cuidad de Lima y de El Alto, algunos apuntes desde un punto de vista sociologico. Robin Cavagnoud (IFEA)
  • Los « labour camp » en Qatar una modalidad extrema de los margenes o un ghetto ? Tristan Bruslé (CNRS)
  • El concepto de Margen para entender los frentes pionieros. Xavier Arnauld de Sartre (CNRS)