Archives mensuelles : novembre 2013

Travaux d’étudiants sur le Norte La Paz

Travaux d’étudiantes sur le Norte La Paz

Dans le cadre du programme CAPAZ, 4 étudiantes ont rendu des mémoires de master autour de la question des capacités des acteurs et de leur résilience face à un processus rapide d’intégration de la région. Ces travaux intéressent le programme PERIMARGE car ils partent tous de l’hypothèse que la capacité des acteurs est fonction de leur niveau d’information et donc des flux qui les lient à des espaces externes à différentes échelles.

Poste de émetteur de radio Ixiamas - crédits photo Patricia Llanos 2012

Poste de émetteur de radio Ixiamas – crédits photo Patricia Llanos 2012

Les TIC dans el Norte La Paz (Patricia Llanos)

Patricia Llanos, étudiante de la UMSA – IIGEO, a étudié l’impact des TIC dans la reconfiguration de la marginalité à partir de l’étude de la ville d’Ixiamas.

 

 

Thèse de diploma d'Helena Stroher sur la concession forestière ex-PROINSA

Thèse de diploma d’Helena Stroher sur la concession forestière ex-PROINSA

Luttes pour la terre et écologie politique dans le Norte La Paz (Helena Stroher)

Helena Stroher de l’université de Bonn a étudié les luttes de pouvoir autour d’une concession forestière

désaffecté dont l’Etat bolivien entend redistribuer les terres. Elle a montré comment les niveaux

d’information des acteurs, leur capacité politique, leur connexion avec des acteurs extérieurs à la région influençaient au final leur chance d’obtenir ce territoire.

Les projets de cCacaoyer silvestre - crédit photo Laura Krings 2013acao silvestre dans le Norte La Paz (Laura Krings)

Laura Krings, étudiante en géographie de l’université de Bonn, a défendu son mémoire de licence de géographie sur la question des projets de développement de cacao forestier dans le Norte La Paz.

Elle est partie de l’hypothèse que le Norte La Paz vivait un moment de bifurcation de la région où l’option d’un développement agro-industriel insufflé par l’État semble prendre le pas sur un développement écologiquement durable promu par les ONG. Elle a montré que les projets de cacao forestiers (qui s’inscrivent dansa la tendance écologique) sont investis par les acteurs locaux paysans en fonction de leur propre stratégie de survie. Ils témoignent au final de leur capacité à dépasser les échelles locales.

Ces travaux peuvent être consultés en PDF – demander une copie à Laetitia Perrier Bruslé qui a dirigé ces mémoires.