Influences mondialisées dans le Norte La Paz – Rapport de terrain avril-mai 2013

Les influences mondialisées dans le Norte La Paz

Fin avril et début mai 2013 une mission a été organisée dans le Norte La Paz pour repérer les influences mondialisées dans cette marge en voie d’intégration nationale et mondiale. Bertha Gozalvez, Magaly Flores et Laetitia Perrier Bruslé  ont conduit différents entretiens auprès des acteurs identifiés comme médiateurs de cette mondialisation. Une attention particulière a aussi été portée à la façon dont ces influences mondialisées étaient perçues par les acteurs locaux : personnel politique local, représentants des groupes indigènes et des groupes natifs.

Quelques exemples de ces acteurs mondialisés :

Une colonie de 60 familles de Mennonites originaires du Paraguay mais arrivant de Santa Cruz ayant récemment acquis une hacienda de plus de 5000 has aux alentours d’Ixiamas.

David, l'administrateur de la colonie Mennonite San Marcos installée en 2012 dans les environs d'Ixiamas. Dans le fond des sacs de calcaires viennent d'être livrés pour amender la terre. Clichés Laetitia Perrier Bruslé, mai 2013

David, l’administrateur de la colonie Mennonite San Marcos installée en 2012 dans les environs d’Ixiamas. Dans le fond des sacs de calcaires viennent d’être livrés pour amender la terre. Clichés Laetitia Perrier Bruslé, mai 2013

Famille Mennonite récemment arrivée dans le Norte La Paz. Les bâtiments d'exploitations servent de locaux d'habitations pour l'instant.

Famille Mennonite récemment arrivée dans le Norte La Paz. Les bâtiments d’exploitations servent de locaux d’habitations pour l’instant.

Batiment d'exploitation d'une ferme dans la Colonie Menonites San Marcos. Le conteneur sert de pièce d'habitation collective dans l'attente de la construction de la construction de la maison principale.

Bâtiment d’exploitation d’une ferme dans la Colonie Mennonites San Marcos. Le conteneur sert de pièce d’habitation collective dans l’attente de la construction de la construction de la maison principale.

Des familles Russes dits schismatique (Raskolniki/раскол) ou Vieux croyants (староверы) sont arrivées dans le Norte La Paz il y a une décennie. Qu’ils viennent d’Alaska ou du Brésil, ils achètent dans tous les cas de grandes propriétés (supérieures à 400 has) et se dédient à une agriculture commerciale.

La famille (7 enfants et les deux parents) s'est installée l'année dernière dans le Norte La Paz (2012). Ils ont acquis une propriété de 460 has après avoir vendu la propriété de 3000 has qu'ils possédaient dans l'Etat d'Amazonas (Brésil).

La famille (7 enfants et les deux parents) s’est installée l’année dernière dans le Norte La Paz (2012). Ils ont acquis une propriété de 460 has après avoir vendu la propriété de 3000 has qu’ils possédaient dans l’Etat d’Amazonas (Brésil).

Autres exemples d’influences mondialisées celles des Chinois venus construire l’usine de transformation de la canne à sucre. Installés dans un campement séparé des ouvriers boliviens, les ouvriers chinois travaillent sous la direction de contremaîtres chinois et avec des machines toutes importées de Chine.

A l'entrée du campement Porvenir où sont installés les baraquements des ouvriers chinois et boliviens toutes les indications sont dans les deux langues. L'entreprise chinoise (CAMC Union) a été sélectionnée pour construire l'usine de transformation de la canne à sucre pour un coût de 168 millions de dollars. L'usine vendue clef en main devrait être achevée en 2014.

A l’entrée du campement Porvenir où sont installés les baraquements des ouvriers chinois et boliviens toutes les indications sont dans les deux langues. L’entreprise chinoise (CAMC Union) a été sélectionnée pour construire l’usine de transformation de la canne à sucre pour un coût de 168 millions de dollars. L’usine vendue clef en main devrait être achevée en 2014.

Dans le campement de CAMC en mai 2013, le traducteur s'occupe du linge à l'heure de la pause déjeuner. Les baraquements pour les ouvriers chinois ne sont pas encore tous occupés. L'entreprise espère pouvoir faire venir 300 ouvriers chinois qui travailleront avec les 500 ouvriers boliviens.

Dans le campement de CAMC en mai 2013, le traducteur s’occupe du linge à l’heure de la pause déjeuner. Les baraquements pour les ouvriers chinois ne sont pas encore tous occupés. L’entreprise espère pouvoir faire venir 300 ouvriers chinois qui travailleront avec les 500 ouvriers boliviens.

 


Laetitia Perrier Brusle

Géographe Maitre de conférences Université de Lorraine En délégation IRD - Bolivie

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *