Norte La Paz (Bolivie)

Présentation : une région marginale aux prises avec des processus d’intégration multiforme

Un front de colonisation

Le Norte La Paz correspond à la partie amazonienne du département de La Paz : province Abel Iturralde. Il fait l’objet d’une dynamique active de peuplement depuis les années 70.

Exploitation agricole récemment défrichée au Nord d'Ixiamas - Colons de Cochabamba arrivés il y a 6 mois

Exploitation agricole récemment défrichée au Nord d’Ixiamas – Colons de Cochabamba arrivés il y a 6 mois

Des méga-projets étatiques

Plantation de canne à sucre aux alentours de la future usine de transformation. Dans le fond la Serrania et le parc Madidi - septembre 2013

Plantation de canne à sucre aux alentours de la future usine de transformation. Dans le fond la Serrania et le parc Madidi – septembre 2013

Depuis la deuxième élection d’Evo Morales en 2009, les grands projets étatiques sont réactivés (installation d’une usine de transformation de la canne à sucre, construction de routes, distribution de lots de colonisation etc.) relançant les dynamiques d’intégration étatique.

 

 

Des influences mondialisées

Bureau de la coopération états-unienne avant sa fermeture - septembre 2012. USAID a été très présent dans le Norte La Paz avant sa fermeture

Bureau de la coopération états-unienne avant sa fermeture – septembre 2012. USAID a été très présent dans le Norte La Paz avant sa fermeture

Cette région a aussi attirée de nombreuses ONG conservationnistes qui l’ont intégrée dans la sphère globale.

Des investissements fonciers importants

Ferme mennonite dans une colonie récemment installée (3000 has) - septembre 2013

Ferme mennonite dans une colonie récemment installée (3000 has) – septembre 2013

Enfin, dernièrement elle est l’objet d’investissements fonciers importants de la part de groupes étrangers : Russes, Mennonites …. renouant avec une tradition cosmopolite initiée lors du boom du caoutchouc.

Des traits de la marginalité

Malgré ces processus d’intégration multiformes, elle garde toutefois de nombreux marqueurs de marginalité  : isolement géographique, pauvreté, absence de l’État etc. Les conflits autour de l’accès aux ressources naturelles s’y multiplient, faisant craindre que le Norte La Paz devienne un second Tipnis (Perrier Bruslé 2012)

Organisation de la recherche et matériel mobilisable

Ce terrain d’étude a été bien défriché dans le cadre d’un programme de recherche sur la résilience des acteurs face aux processus d’intégration (voir le site du projet CAPAZ). L’équipe de  l’Institut d’investigation géographique de la UMSA (partenaire du projet PERIMARGE) interviendra en priorité dans le travail de constitution des données.

Cartes


(crédits cartographiques : Huascar Morales 2012 – étudiant UMSA – projet CAPAZ)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *